LePlan-Vermeersch Belgica Gin

40,00

Available:Plus que 2 en stock
Année 2017
Composition Genièvre de Belgique & Herbes de Provence de France
Appellation Belgica Premium Gin
Packaging Bouteille de pharmacie (70 cl) avec bouchon

Ingrédients : Baies de genièvre et herbes de Provence, telles que le romarin, la lavande, la marjolaine, le thym, le basilic, l’estragon, la sarriette, le laurier, la sauge, l’origan, complétées par du fenouil, du coriandre, de l’angélique, de la cardamome, du zeste de citron, du zeste d’orange, des graines de paradis, de la baie de cubèbe, du bois de réglisse, du rhizome d’iris, de la cannelle, de la racine de gentiane.

Share this product

Historique : Le gin est tune boisson alcoolisée que l’on obtient par la distillation d’une pâte de grain fermentée. Il acquiert son goût spécifique par l’adjonction de baies de genièvre. Le gin ordinaire a un goût très sec, raison pour laquelle on le boit généralement avec du tonic : le fameux cocktail GT (Gin-Tonic). Le gin est directement apparenté au genièvre.

Origines flamandes : La mention la plus ancienne de la baie de genièvre se retrouve déjà au 13° siècle, notamment dans l’encyclopédie « Der Naturen Bloeme » par Jacob Van Maerlant, de Bruges. Les baies de genièvre étaient cuites dans du vin et étaient utilisées ensuite comme médicaments. La plus ancienne recette de genièvre connue date du 16° siècle, dans le livre « Een Constelijck Distileerboec » de Philippus Hermanni, d’Anvers. Ce sont pourtant les Anglais qui ont donné au gin sa renommée mondiale.

Distillateur : Distillerie De Moor, à Alost (depuis 1910).

Genièvre en 4 phases : maltage, trempage pour la préparation de la pâte de grain, fermentation et distillation

Maltage : On utilise une sélection des meilleurs types de céréales : orge, seigle et parfois du froment. La préparation d’une trempe nécessite toujours de l’orge malté. Dans la malterie, l’orge est trempée, germé et ensuite séché jusqu’à obtenir du malt, qui contient de l’amidon ainsi que du sucre de malt (maltose).

Pâte de grain : La farine de seigle et/ou de froment moulu est mélangée dans de l’eau tiède et chauffée jusqu’à 60 ou 70°C. Ensuite, on ajoute le malt, dont le sucre de malt aide à convertir l’amidon présent en sucre. La pâte saccharifiée s’appelle dorénavant moût de malt.

Fermentation : Sitôt que le moût de malt est refroidi jusqu’à 20 à 25°C, on y ajoute de la levure. La levure convertit les sucres en alcool et en gaz carbonique. La fermentation dure 72 à 96 heures.

Distillation : Lorsque la fermentation est terminée, le moût de malt est transvasé par pompage dans l’alambic et l’alcool est distillé une première fois. Il s’agit de l’alcool brut ou du flegme. Le moût de malt forme un mélange d’eau et d’alcool bouillant. L’alcool atteint son point d’ébullition à 78,3°C déjà et s’évapore donc le premier. Cette vapeur passe par un système de refroidissement afin de se liquéfier à nouveau. L’alcool est ainsi séparé une première fois des composants solides. Le flegme retourne dans l’alambic et est purifié par la seconde distillation. Cette fois-ci, le premier alcool (la tête ou le produit de tête) et l’alcool final (la queue ou le produit de queue) sont séparés du cœur ou l’eau de vie de cœur, qui est le meilleur alcool. Celui-ci est graduellement distillé, en passant par une colonne de distillation, avec ou sans adjonction d’herbes. Le distillat incolore qui s’écoule par la cloche en verre s’appelle maintenant alcool de malt, sa teneur alcoolique est de 45 à 75 degrés selon le type, et il a un goût de grain prononcé et un caractère malté. L’alcool de malt va ensuite mûrir dans un fût de chêne ou un réservoir en inox, selon que l’on souhaite obtenir une couleur blonde ou un distillat incolore parfaitement clair.

Après la maturation, l’alcool de malt est porté à un niveau qui le rend propre à être bu et mis en bouteilles ou en cruches de pierre, comme genièvre véritable.

Ingrédients : Baies de genièvre et herbes de Provence, telles que le romarin, la lavande, la marjolaine, le thym, le basilic, l’estragon, la sarriette, le laurier, la sauge, l’origan, complétées par du fenouil, du coriandre, de l’angélique, de la cardamome, du zeste de citron, du zeste d’orange, des graines de paradis, de la baie de cubèbe, du bois de réglisse, du rhizome d’iris, de la cannelle, de la racine de gentiane.

Analyse : Alcool : 44% vol., sucre résiduaire : 0 gr/l Température de service : 6° Celcius

Historique : Le gin est tune boisson alcoolisée que l’on obtient par la distillation d’une pâte de grain fermentée. Il acquiert son goût spécifique par l’adjonction de baies de genièvre. Le gin ordinaire a un goût très sec, raison pour laquelle on le boit généralement avec du tonic : le fameux cocktail GT (Gin-Tonic). Le gin est directement apparenté au genièvre.

Origines flamandes : La mention la plus ancienne de la baie de genièvre se retrouve déjà au 13° siècle, notamment dans l’encyclopédie « Der Naturen Bloeme » par Jacob Van Maerlant, de Bruges. Les baies de genièvre étaient cuites dans du vin et étaient utilisées ensuite comme médicaments. La plus ancienne recette de genièvre connue date du 16° siècle, dans le livre « Een Constelijck Distileerboec » de Philippus Hermanni, d’Anvers. Ce sont pourtant les Anglais qui ont donné au gin sa renommée mondiale.

Distillateur : Distillerie De Moor, à Alost (depuis 1910).

Genièvre en 4 phases : maltage, trempage pour la préparation de la pâte de grain, fermentation et distillation

Maltage : On utilise une sélection des meilleurs types de céréales : orge, seigle et parfois du froment. La préparation d’une trempe nécessite toujours de l’orge malté. Dans la malterie, l’orge est trempée, germé et ensuite séché jusqu’à obtenir du malt, qui contient de l’amidon ainsi que du sucre de malt (maltose).

Pâte de grain : La farine de seigle et/ou de froment moulu est mélangée dans de l’eau tiède et chauffée jusqu’à 60 ou 70°C. Ensuite, on ajoute le malt, dont le sucre de malt aide à convertir l’amidon présent en sucre. La pâte saccharifiée s’appelle dorénavant moût de malt.

Fermentation : Sitôt que le moût de malt est refroidi jusqu’à 20 à 25°C, on y ajoute de la levure. La levure convertit les sucres en alcool et en gaz carbonique. La fermentation dure 72 à 96 heures.

Distillation : Lorsque la fermentation est terminée, le moût de malt est transvasé par pompage dans l’alambic et l’alcool est distillé une première fois. Il s’agit de l’alcool brut ou du flegme. Le moût de malt forme un mélange d’eau et d’alcool bouillant. L’alcool atteint son point d’ébullition à 78,3°C déjà et s’évapore donc le premier. Cette vapeur passe par un système de refroidissement afin de se liquéfier à nouveau. L’alcool est ainsi séparé une première fois des composants solides. Le flegme retourne dans l’alambic et est purifié par la seconde distillation. Cette fois-ci, le premier alcool (la tête ou le produit de tête) et l’alcool final (la queue ou le produit de queue) sont séparés du cœur ou l’eau de vie de cœur, qui est le meilleur alcool. Celui-ci est graduellement distillé, en passant par une colonne de distillation, avec ou sans adjonction d’herbes. Le distillat incolore qui s’écoule par la cloche en verre s’appelle maintenant alcool de malt, sa teneur alcoolique est de 45 à 75 degrés selon le type, et il a un goût de grain prononcé et un caractère malté. L’alcool de malt va ensuite mûrir dans un fût de chêne ou un réservoir en inox, selon que l’on souhaite obtenir une couleur blonde ou un distillat incolore parfaitement clair.

Après la maturation, l’alcool de malt est porté à un niveau qui le rend propre à être bu et mis en bouteilles ou en cruches de pierre, comme genièvre véritable.

Il n’y pas encore d’avis.


Be the first to review “LePlan-Vermeersch Belgica Gin”

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories : , ,